En savoir plus

Diagramme d’inclusion en bas de page

Problématique:
L’étude CAPA a montré que quels que soient les signes cliniques et les résultats de la radiographie pulmonaire, tous les patients ayant une suspicion de pneumonie aigüe communautaire (PAC) en médecine générale reçoivent systématiquement des antibiotiques principalement dirigés contre le pneumocoque.Les données épidémiologiques récentes posent la question de la prescription systématique d’antibiotique pour cette pathologie. Il est donc important de pouvoir distinguer les PAC à pneumocoque qui relèvent d’une antibiothérapie précoce de celles pour lesquelles une autre stratégie est envisageable.

Objectif principal:
Identifier en médecine générale en France les caractéristiques cliniques, biologiques et radiologiques des patients ayant une PAC à pneumocoque parmi l’ensemble des patients ayant une PAC confirmée radiologiquement.

 Objectifs secondaires:

  • Caractériser les PAC confirmées radiologiquement en fonction de l’ensemble des étiologies microbiologiques.
  • Dénombrer les PAC à pneumocoque en médecine générale et déterminer leur incidence.
  • Analyser les sérotypes de Streptococcus pneumoniae identifiés sur les examens microbiologiques ou antigènes urinaires.
  • Evaluer les coûts directs et indirects générés par les patients pris en charge pour une pneumonie à pneumocoque en ambulatoire.

 Schéma de l’étude: Etude prospective, descriptive, transversale.

Critères d’inclusion:
Adultes âgés de plus de 18 ans, présentant des signes cliniques évocateurs de PAC (au moins un signe d’infection et un signe de localisation pulmonaire) et pouvant réaliser une radiographie thoracique dans les 6 heures.

 Prise en charge et suivi des patients :

  • Après avoir constaté la présence de signes cliniques évocateurs de PAC, le médecin généraliste (MG) investigateur prescrit dans le cadre des soins courants une radiographie thoracique (qui doit être réalisée au plus tard dans les 6 heures suivant la prescription). Le patient est inclu une fois la radiographie réalisée.
  • Les caractéristiques du patient et les données de l’examen clinique initial sont reportées dans un formulaire en ligne sécurisé (eCRF).
  • Pour les patients ayant une radiographie positive*, le MG prescrit des examens biologiques et microbiologiques spécifiques au protocole et qui devront être réalisés dans les 8 heures suivant le premier contact : (NFS, CRP, PCT, hémocultures, PCR multiplex sur prélèvement nasopharyngé, ECBC, antigénurie pneumocoque, Luminex technology-based multiplex urinary antigen detection (UAD).
  • Le suivi des patients et le traitement sont laissés à l’initiative du MG.
  • Les patients avec radiographie positive devront remplir un auto-questionnaire évaluant leur restriction d’activité à J7 et J14.
  • Tous les patients seront recontactés par le MG investigateur à J28 pour améliorer le niveau de certitude diagnostique.
  • Pour les patients ayant des signes cliniques de PAC et qui seront directement hospitalisés, le médecin demandera leur accord pour récupérer le compte-rendu (CR) d’hospitalisation au plus tard à J28 et pour les contacter par téléphone à J90.

Nombre de patients et durée d’inclusion: 18 mois (du 15 octobre 2017 au 15 avril 2019).

  • Il est prévu d’inclure :
  • 2000 patients avec signes cliniques de pneumonie dont 1000 avec une radiographie positive.
  • 400 patients contrôles (consultant pour un autre motif) chez lesquels on demandera un simple prélèvement d’urine pour le Luminex technology-based multiplex urinary antigen detection (UAD).

 Promoteur et financement:
Le collège national des généralistes enseignants (CNGE conseil) est le promoteur de cette recherche.

Ce projet a obtenu le financement du laboratoire PFIZER qui n’intervient pas dans le contenu de cette recherche.

* Foyer de condensation alvéolaire

 

Diapositive1